Un Partenaire Sûr Tout près de chez Vous

Du projet à l’émergence d’une des plus importantes Banques du secteur bancaire burundais

on Nov 4, 2002

Deux mois avant la clôture de l’année 2002, année de la décennie INTERBANK BURUNDI, la Rédaction d’IBB-INFOS se propose de vous convier à une rétrospective retraçant le cheminement de la Banque depuis son projet jusqu’à l’émergence d’une banque qui, désormais, compte dans le paysage bancaire burundais. Nous débutons cette rétrospective par un retour sur le projet INTERBANK BURUNDI : nous sommes alors en 1992.

  1. LE SECTEUR FINANCIER EN 1992.

En 1992, le Burundi comptait cinq banques commerciales : la Banque Commerciale du Burundi (BANCOBU), la Banque de Crédit de Bujumbura (BCB), la Banque Burundaise pour le Commerce et l’Investissement (BBCI), la Banque Populaire du Burundi(BPB) et la Meridien Biao Bank Burundi (MBBB), et cinq institutions financières non bancaires acceptant des dépôts du public : la Banque Nationale de Développement Economique (BNDE), la Société Burundaise de Financement (SBF), la Caisse de Mobilisation et de Financement (CAMOFI), la Société Générale de Financement (SOGEFI) et le Fonds de Promotion de l’Habitat Urbain (FPHU).

S’agissant des banques commerciales, il est intéressant de noter que toutes les six de l’époque comportent une large part de participation publique avec trois affiliations étrangères : BANCOBU (Consortium BBL, BNP et Dresdner Bank), BCB (Belgolaise) et MBB (Meridien Biao).

Ces trois dernières sont les plus grandes avec environ 85 % des actifs totaux du secteur bancaire, mais la MBB fait déjà l’objet d’une recapitalisation – qui n’aboutira pas- à cause des lourdes pertes qu’elle a subies.

Quant aux autres institutions financières spécialisées dont l’Etat et les entreprises publiques détiennent une participation majoritaire, à l’exception de la SOGEFI, leur poids dans le secteur financier demeure relatif puisque leurs actifs ne représentent qu’approximativement 50 % de ceux des banques commerciales.

Ce développement limité du secteur financier burundais, dans un contexte de croissance soutenue, ouvrait donc la voie à une éventuelle nouvelle banque ou institution financière.

  1. LE PROJET INTERBANK BURUNDI.

C’est la conviction que durent se faire un groupe d’opérateurs économiques privés burundais et étrangers qui, dès le début de l’année 1992 et sous la houlette de l’actuel Administrateur Directeur Général de la Banque, Monsieur Callixte MUTABAZI, prirent langue pour la mise sur pied d’une nouvelle banque commerciale.

Après que la demande d’autorisation de constitution d’une banque fut favorablement reçue par le Ministre des Finances le 04 avril 1992, l’Assemblée Générale Constitutive devait se réunir le 31 août 1992 et l’Acte d’Agrément fut accordé par la BRB le 24 septembre 1992.

Avec l’aboutissement de ces démarches naissait une banque commerciale de détail qui ouvrit ses portes en janvier 1993.

Dotée d’un capital social initial de trois cent millions de francs burundi

(BIF 300.000.000) elle eut la particularité d’être la propriété d’un actionnariat entièrement privé, composé de Burundais et d’Etrangers, résidents et non résidents, de plus de dix nationalités.

Au niveau stratégique, cette banque naissait avec l’ambition de rechercher une clientèle de qualité au service de laquelle elle mit en avant des normes de qualité élevées, qu’il s’agisse des prestations aux guichets ou de l’encadrement clientèle.

L’évaluation dans nos prochaines parutions